Table pour 3, herpès au menu!

Herpès au menu

Je suis fier de vous le dire – je vis maintenant assez bien avec ma situation personnelle d’herpès, beaucoup mieux qu’il y a près de trois ans lors de mon diagnostic initial de l’herpès HSV type 2.

C’est suite à mon diagnostic et de nombreuses recherches infructueuses sur l’internet que m’est venu l’idée de créer un site pour gens vivant avec une infection sexuellement transmissible (IST, ITS, MST, MTS).  Ce site me permet de discuter ouvertement et sans gêne de ma vie quotidienne avec ce « coloc » qu’est l’herpès ainsi que la difficulté de l’annoncer à une partenaire qui n’est pas infectée (je garde ce sujet pour un article futur).  Avec toutes les difficultés liées avec mon infection, disons qu’il n’y a plus grand chose qui me surprend sur le sujet de l’herpès. Du moins, c’est ce que je croyais!

J’ai l’habitude de parler ouvertement de mon herpès pour faire connaitre le site ITS – IST Rencontres; la timidité et le tabou du sujet sont rapidement disparus pour moi.  Je me retrouve souvent dans des situations telles une rencontre avec des gens d’affaires, un congrès ou encore dans un resto à parler de vive voix du sujet de l’herpès et des IST – ITS (MST – MTS) en général.

Herpès au menu

Je me retrouve donc au au resto avec deux collègues pour un diner d’affaires qui ne concerne en rien ce site. On parle de tout et de rien mais j’avais déjà mentionné à Marc-André* que j’avais démarré un projet de site web. Marc-André étant un adepte du web, se montre fortement intéressé et ne lâche pas prise… « Mais c’est quoi ton site au juste ? » me demande t-il? Je lui répond, « Bien c’est un site de rencontre pour gens vivant avec une infection sexuellement transmissible, une IST – ITS ( MST – MTS ) ». Je donne tous les détails, les statistiques. Je fais ma job de vente de site. Mes deux collègues ont très bien reçu l’idée et la trouve géniale.

Le côté marketing est si facile à effectuer pour le site ITS  – IST Rencontres ( MTS – MST ) mais mes motifs personnels sont toujours un peu plus difficile à divulguer. Je continue donc « Vous vous demandez surement d’où m’est venue l’idée? Vous voyez, il y a près de trois ans, j’ai été diagnostiqué avec l’herpès génital. »

Marc-André me coupe la parole et me mentionne « Ah bien ça parle au diable. Je comprends très bien le sujet, ma copine aussi vit avec l’herpès génital. Elle a été diagnostiquée juste après qu’on ait commencé à se fréquenter ». Wow, je n’en revenais pas de ce que Marc-André venait de me confier si ouvertement dans un endroit public comme un restaurant. Marc-André m’a expliqué qu’à ce jour, sa copine ne lui avait pas transmis l’herpès. Ils sont follement amoureux et il ne se voit pas la quitter « juste pour ça ». J’étais ému de son témoignage et je l’ai félicité pour son ouverture sur le sujet de l’herpès génital.

Stéphane et son grain de sel sur les statistiques d’herpès

Stéphane* était plutôt tranquille mais nous écoutait attentivement. À un moment donné dans l’échange de conseils sur l’herpès entre Marc-André et moi-même, Stéphane rajoute ces quelques mots « Vous savez, près de 30% de la population vit avec l’herpès génital » (les statistiques officelles parlent de 25% de la population vivant avec une infection sexuellement transmissible IST  – ITS, MST – MTS, dont la grande majorité est composée de gens vivant avec l’herpès génital). Il n’en rajoute pas plus. Je me suis demandé si Stéphane lui aussi vivait avec l’herpès génital car il semblait être drôlement bien renseigné.

Nous parlons constamment des statistiques et que 1 personne sur 4  vit avec une infection sexuellement transmissible IST  – ITS ( MST – MTS ) mais il est impossible d’identifier qui vit de proche ou de loin avec cette condition. Ce fait vécu témoigne que plus souvent qu’autrement une personne très proche de nous est affectée par cette situation… des gens beaucoup plus proches qu’on le pense!

Guy Leduc

Fondateur du site ITS – IST Rencontres.

* Les noms ont été changés afin de protéger l’identité des personnes.

3 Comments

  1. madeleine
    29 janvier 2013
    Reply

    bonjour 🙂 jai suis diagnostiquer positive a lherpes genital depuis qq mois et jai beaucoup de questions .jai rencontrer qqn ki nest pas infecter et il a peur alors avant de faire koi ke ce soit ns aimerions avoir des reponses a nos questions . est ce ke lherpes genital est transmisible si il met sa bouche sur mon vagin ? ou si il met ces doights et ce touche ensuite ? moi mon herpes est externe alors doit on kan mm tjrs mettre un condom ? kel
    est le % ke mon partenaire puisse etre infecter ???? jespere ke va pourai na aider aumoins un peu merci mady

    • I.T.S. - I.S.T. Rencontres
      29 janvier 2013
      Reply

      Vous avez beaucoup de questions qui méritent une attention particulière.

      Si vous demeurez dans la région de Montréal, je vous suggérerais d’assister au groupe de soutien herpès de Montréal. Les nouveaux conjoints/partenaires sont le bienvenus. La prochaine rencontre a lieu ce vendredi soir, le 1er février. Vous trouverez tous les informations via ce lien :

      http://www.itsrencontres.com/blogue/2011/04/16/ressources-herpes-groupe-de-soutien-herpes-a-montreal/

    • MEC
      10 février 2013
      Reply

      Bonjour Guy,

      Ce texte Table pour 3 me réjouit et m’attriste en même temps. Lorsque j’ai été diagnostiquée pour l’herpes, je fréquentais un homme que j’aimais beaucoup même si ça ne faisait pas longtemps qu’on se connaissait. Je croyais vraiment que c’était le match parfait. A l’annonce de ce diagnostique, il a préféré arrêté la relation. Je le comprends, mais en même temps, j’essaie de ne pas le prendre trop personnel.

      Je souhaite vraiment rencontrer un jour un homme qui m’aimerait assez pour rester avec moi malgré mon virus – tel que ton ami Marc-André. Ton témoignage me fait du bien. Je dois donc rester courageuse et continuer ma vie en espérant. On ne peut être malchanceux continuellement, n’est-ce pas?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *